Pollution de la meuseCe soir, vendredi 14 mars 2008, si les ex-salariés de Lenoir et Mernier n’obtiennent pas d’indemnités de licenciement, ils menacent de déverser dans la Meuse des acides pour montrer leur mécontentement.

Le logo de l’entreprise Lenoir et MernierCela fait 5 semaines que les ex-salariés se battent pour avoir des indemnités de licenciement; ils ont, en effet, déjà effectués diverses actions: manifestations, blocages routiers, etc … En vain. Ils ont d’ailleurs porté plainte contre l’entreprise pour abus de biens sociaux.

Mais là n’est pas la question. Ce qui me turlupine c’est plutôt la méthode qu’ils se proposent d’employer dans la soirée. Est-ce une simple menace ou bien ont-ils vraiment l’intention de réaliser cette pollution? Je pencherais plutôt pour la première option. S’ils mettent leurs menaces à exécution, ils seront de toute façon perdants : en plus d’être au chômage, ils passeront devant la justice, après quoi ils seront perçus comme des personnes peu responsables par leurs « potentiels » futurs employeurs.

En tout cas, c’est une manière simple de se mettre un bon paquet de monde à dos. En effet, s’ils vont jusqu’à appliquer leur menace stupide, ils pénaliseront (en plus d’eux même) toutes la région en engendrant des problèmes sanitaires (pollution des cultures et terres longeant la Meuse) et écologiques (destruction de la faune et de la flore).

Je suis d’accord qu’il est parfois nécessaire d’avoir recours à des actions musclées pour pouvoir se faire entendre, mais cela doit être toujours avec bon sens. On peut alors penser que leur prochaine menace sera de violer des enfants, ou d’immoler des femmes enceintes…

geoffÉcologieEconomie - Financegreve,lenoir et mernier,meuse,pollution,salariésCe soir, vendredi 14 mars 2008, si les ex-salariés de Lenoir et Mernier n'obtiennent pas d'indemnités de licenciement, ils menacent de déverser dans la Meuse des acides pour montrer leur mécontentement. Cela fait 5 semaines que les ex-salariés se battent pour avoir des indemnités de licenciement; ils ont, en effet,...Site d'informations décalées