Pompile (guêpe noire) : un chasseur d’araignées hors du commun

Cette guêpe est la terreur des araignéesDans la nature il existe de nombreux cas d’insectes capturant d’autres insectes pour nourrir leurs larves. Ce sont majoritairement des guêpes solitaires qui avec leur dard paralysent des larves de scarabée, des sauterelles ou des grillons. Ces proies se laissent généralement paralysées sans grande résistance, « stupidement », elles n’ont pas d’armes pouvant rivaliser avec le dard de leur prédateur.
Mais il existe un insecte capable de s’attaquer à un adversaire bien plus imposant que ces petites larves sans défense. Un adversaire rusé comme lui, expert en embûches, et comme lui porteur d’une arme venimeuse. Ce duel est très commun dans la nature et confronte d’une part les Pompiles, champions toujours vainqueurs et d’autre part les Araignées, champions toujours vaincus…

Les premiers ont un dard, les autres possèdent un double crochet à venin. Les forces sont largement équivalentes, elles prédominent d’ailleurs souvent en faveur de l’Araignée. Chacun des deux combattants à ses ruses, ses traquenards. Du paralyseur ou du tueur on peut se demander qui deviendra le gibier de l’autre?

Malheureusement la réponse est toujours la même puisqu’il n’y a pas de réel bataille entre le pompile et l’araignée

Cette dernière fuit, mais est souvent rattrapée par la guêpe qui l’attaque et la pique sans la moindre hésitation. Très souvent, tout se passe comme si le combat était perdu d’avance, alors que l’araignée a largement les moyens d’être le prédateur et non la proie!

Les pompiles font partie du groupe des Hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis). En France, il en existe environ 150 espèces, qui mesurent de 5 à 30 mm de long suivant les espèces. Ce sont des guêpes toutes noires, parfois ornées de rouge ou de jaune, que l’on reconnaît facilement à leurs ailes constamment agitées. On commence à les voir à partir de mai-juin contre les vieux murs, au pied des talus des bords de route, le long des haies… partout où l’araignée tend ses filets.

La femelle paralyse l’araignée avec son dard avant de l’enfouir dans un terrier qu’elle a préalablement creusé. Elle pond ensuite un œuf sur l’araignée et referme le terrier. La proie paralysée sert en fait de nourriture à ses larves carnivores. Maintenue vivante, elle fera ainsi office de garde-manger pendant plusieurs jours à la larve de pompile.

Ballet amoureux ? Non : arachnophagie notoireChaque espèce de pompiles va avoir des techniques de chasse adaptées aux comportements de sa proie. La technique la plus simple est la chasse aux araignées errantes qui ne construisent ni toile ni terrier. Le pompile court sur le sol a la recherche de sa proie et fond sur elle dès qu’il la trouve. D’autres espèces inspectent toutes les anfractuosités des murs, du sol et des arbres pour déloger les araignées qui s’y cachent. Enfin certaines espèces n’hésitent pas à bondir sur les toiles, se dirigeant vers leur objectif tout en évitant les fils gluants.

Dans le monde, presque chaque araignée a son pompile prédateur. On retrouve les plus gros en région tropicale, certains font près de 8 cm de long pour une envergure de 15cm! Ce sont les chasseurs de tarentule, on les appelle les « Tarantula hawk« . Les batailles spectaculaires entre ces deux monstres peuvent durer plusieurs heures… mais l’araignée finie toujours vaincue.

En France il n’existe aucun spécialiste professionnel de ces insectes et on a une méconnaissance totale du nombre d’espèces présentes dans chacune de nos régions, hors ce sont vraiment des espèces géniales et facile à observer (y a des araignées partout et c’est pareil pour les pompiles) et qui ont vraiment des comportements uniques.

Donc voilà, les pompiles ça taptoula grave!!

http://www.taptoula.com/wp-content/uploads/2008/10/pompilidae-anoplius-sp.jpghttp://www.taptoula.com/wp-content/uploads/2008/10/pompilidae-anoplius-sp-150x150.jpgirish biatchÉcologieFaune et Florearaignées,dard,guêpe noire,hymenopteres,insectes,pompilePompile (guêpe noire) : un chasseur d'araignées hors du commun Dans la nature il existe de nombreux cas d'insectes capturant d'autres insectes pour nourrir leurs larves. Ce sont majoritairement des guêpes solitaires qui avec leur dard paralysent des larves de scarabée, des sauterelles ou des grillons. Ces proies se laissent...Site d'informations décalées