Jardin d’Eden en Arctique : la communauté internationale pour la sauvegarde de la biodiversité

graines.jpgL’Arche de Noé verte (Global Seed Vault) est un projet norvégien permettant le stockage de 4,5 millions d’échantillons de graines provenant du monde entier. Cette initiative a pour but de conserver la biodiversité végétale des principales cultures vivrières en cas de disparition.

drapeau-de-svalbard.jpgCe véritable grenier à graines mondial est situé sur le cercle polaire, à l’extrémité septentrionale du royaume de Norvège, sur l’archipel du Svalbard. Souvent appelé Spitzberg, nom de son chef lieu, cet archipel abrite une population 2 400 habitants. Cette terre boréale très froide est couverte par un pergélisol (ou permafrost dans la langue de Shakespeare), qui est un terme désignant un sous-sol gelé au moins pendant deux ans.

L’écologiste kényane Wangari Maathai, prix Nobel de la paix en 2004L’annonce de la réalisation de ce projet avait été donnée en juin 2006 par les chefs d’Etat de cinq pays nordiques et par le Fond Mondial pour la Diversité des Cultures (le GCDT : Global Crop Diversity Trust ). Il a coûté 6 millions d’euros et a été inauguré ce mardi 26 février par la militante écologiste kényane Wangari Maathai(qui a d’ailleurs reçu le prix Nobel de la paix en 2004), et par le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg

station-scientifique-svalbard.jpgCe véritable blockhaus possède trois chambres froides de 360m² situées au bout d’un tunnel de 120m de long, creusé dans un montagne de la ville de Longyearbyen, à une altitude de 130m. Les parois sont en béton armé, les portes sont blindées, faisant de ce casemate un véritable bunker capable de résister aux tremblements de terre, crashs d’avions et même à des attaques de missiles nucléaires! Les graines y sont stockées dans des sachets hermétiques contenus dans des boîtes à l’abri de la lumière, elle même disposées sur des étagères. Ces pièces sont maintenues à une température de -18°C, et contiendront des doubles de graines qui sont déjà stockées dans les 1.400 banques de gènes existantes.

Ce projet permettra sûrement de palier à la disparition de nombreuses espèces végétales menacées par les catastrophes naturelles, les maladies, le réchauffement climatique, la pollution, les guerres, etc. Wangari Maathai, ainsi que la plupart de ses confrères chercheurs, est persuadée que l’Afrique est le continent le plus vulnérable au réchauffement climatique, c’est pourquoi de nombreux pays ont d’ores et déjà déposé de nombreuses espèces de plantes.

Une petite vidéo nous montrant le Global Seed Vault en construction.

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt